Accueil >> Articles >> Zoom sur le début d’année scolaire 2021 à l’école Picol

Zoom sur le début d’année scolaire 2021 à l’école Picol

Cette année comme l’année dernière, le contexte sanitaire covid19 impose l’enseignement à distance. Le suivi des enfants est compliqué car la plupart des familles ne possèdent pas de téléphone ou de forfait internet. Nous avons donc décidé d’offrir à chaque foyer une carte recharge internet. Un moyen de permettre à un maximum d’enfants de pouvoir suivre le programme scolaire depuis leur maison. Ainsi cette année, 90% des élèves suivent les cours à distance.

 

Voici le rapport d’activités des deux premiers mois d’école par Yovana, directrice de l’école de Picol, le 15 avril 2021. 

Merci pour votre soutien aux familles de l’école de Picol avec le financement des cartes de téléphone pour l’accès aux cours virtuels.  Malgré les problèmes que vous rencontrez aussi en France, vous êtes toujours avec les enfants de Picol. 

Il y a 135 élèves inscrits à l’école élémentaire de Picol. L’équipe pédagogique a pris la décision de contribuer au rechargement des cartes téléphoniques à raison de 20 soles par enfant et par mois.

Contrairement à l’année dernière et grâce à votre soutien, pratiquement tous les enfants participent aux sessions WhatsApp et aux activités scolaires. Certains parents n’ont pas reconduit l’inscription de leurs enfants à Picol car ils sont restés dans leur communauté rurale car il ne trouvent pas de travail en ville. 

Les enfants et les parents sont très heureux de ce soutien et reconnaissants envers l’association Los chicos de Cusco. 

Situation économique et sanitaire des familles de Picol 

Actuellement au Pérou, nous nous trouvons dans une situation politique complexe, où s’affrontent des candidats prêts à tout pour gagner les élections afin d’acquérir pouvoir et richesse, sans réel engagement pour améliorer les conditions de vie des Péruviens.

La situation économique des familles de Picol, déjà très précaire avant la pandémie, s’est aggravée, la plupart des parents n’ayant pas d’emploi stable. Ils font des petits boulots qui ne leur permettent que de vivre au jour le jour. Les restrictions actuelles pour lutter contre la pandémie ont fait chuter les ressources des ménages car elles rendent l’accès au travail très difficile. Les parents se consacrent à la vente ambulante ou bien, s’ils sont à la campagne, aux travaux agricoles et d’élevage.

La situation sanitaire est préoccupante ces dernières semaine. Nous sommes toujours confrontés à un nombre élevé d’infections et de décès. Beaucoup de proches des élèves ont contracté la Covid-19 et sont en convalescence chez eux, n’ayant pas accès aux structures sanitaires, faute de moyens. Cusco est placé en zone de « risque extrême », nous sommes en quarantaine, les hôpitaux sont en plein effondrement, il n’y a pas de lits de soins intensifs et l’oxygène est rare. 

Le manque de travail, l’économie brisée, la peur de la contagion, l’augmentation de la délinquance, voilà ce que nous vivons quotidiennement à Cusco et au Pérou.

Activités scolaires : les classes virtuelles

Grâce au financement des recharges téléphoniques, 90% des écolier.e.s de Picol participent à l’enseignement virtuel via WhatsApp. Nous avons mis en place des créneaux horaires d’une heure au cours desquels les enfants de chaque groupe échangent entre eux et avec leur professeur. Durant ce temps, nous dialoguons avec les enfants au moyen de messages vocaux ou écrits, nous leur expliquons les objectifs et les défis de la journée, nous leur donnons des conseils pour qu’ils puissent accomplir les tâches demandées, leur envoyons des textes, des fiches, des exemples. Ci-dessous une vidéo composée des messages audio des élèves et leur professeure. 

 

Les enfants réalisent les exercices pendant la journée, par exemple, lisent un texte, répondent aux questions, produisent un écrit, résolvent un problème de mathématiques, font des recherches sur un sujet…. une fois qu’ils ont terminé, ils envoient le résultat de leur travail sous la forme d’une photo, d’une vidéo ou d’un fichier audio. L’enseignant répond à chaque enfant par WhatsApp (message écrit, audio ou appel téléphonique).  Le retour de l’enseignant consiste en une évaluation des réalisations des élèves et souligne leurs réussites et leurs erreurs afin qu’ils puissent corriger et améliorer leurs travaux.

Une réunion des enseignants, par visioconférence, est programmée chaque vendredi afin de coordonner et planifier les activités.

 

 

Soutenir la sécurité alimentaire des familles

Dans les conditions sanitaires actuelles et tant que l’école est fermée, il n’est pas possible d’utiliser la serre de Picol pour y cultiver des légumes car il est interdit d’inviter les parents à s’y retrouver et à y effectuer une quelconque activité. Il n’est pas possible non plus de disposer d’un terrain communal que les parents pourraient cultiver sur le secteur de Picol parce qu’il n’y a pas de terrain communautaire, et que la plupart des parents ne sont pas membres de la communauté de Picol mais viennent de la banlieue de Cusco ou d’autres communautés rurales. 

Top